Article 34: Thaïlande, bis!

Publié le 9 Avril 2014

Sawadee !

 

Nous vous avions laissé à Kampot où Alban et ses pieds ont profité d'un repos bien mérité !

Cependant, à force de bouger sans arrêt depuis un an maintenant, il nous est difficile d'apprécier longtemps l'immobilité. Même si ces phases de repos et de détente sont nécessaires, l'ennui fini toujours par nous gagner au bout de quelques jours.

Du coup, dès que les pieds d'Alban ont de nouveau pu fouler le sol, nous avons pris la route direction la chaîne des Cardamomes.

Densément couvertes de forêt vierge luxuriante et son point culminant de plus de 1.770 m, la chaine de Cardamome s’étend sur une superficie de 4.420.000 hectares couvrant une grande partie du sud-ouest du Cambodge. Cette région est considérée comme étant l'une des plus grands ressources naturelles d’Asie du Sud en termes de forêt vierge et d’habitats fauniques qui n’ont jamais été pleinement explorées ou catalogués. En d'autres termes, c'est la jungle! Nous avons emprunté une route parfaitement asphaltée qui la traverse. Personne sur la route, une chaleur étouffante, seul le chant des oiseaux nous rappellait que la vie était pourtant tout autour de nous. La région est splendide, autour de nous des arbres immenses où la vision de singes sautant de lianes en lianes ne nous aurait même pas surpris. Voir surgir un éléphant au beau milieu de la route ne m'aurait pas plus étonnée.

  DSCN1028.JPGDSCN1024.JPG

 

DSCN1012.JPG

Nous profitons donc de nos derniers jours en terres cambodgiennes et chacun d'entre nous faisons une retrospective silencieuse de notre séjour, comme presque à chaque fois lorsque nous quittons un pays.

Nous nous lancons sur les routes de la Thaïlande en territoire connu puisque nous y avions passé quelques jours en décembre dernier et que, pour ma part, j'y étais venue passer des vacances il y a 3 ans. Nous savions donc plus ou moins à quoi nous attendre et anticipions le choc culturel qui allait nous gagner après avoir passé près de 4 mois au Laos et Cambodge.

La Thaïlande est, comme vous vous en doutez sans doute, l'un des (voire LE) pays les plus développés du Sud-Est asiatique. Le changement est donc brutal. Routes parfaites, cheveux décolorés (même pour les hommes), obésité, parcs d'attraction, Harley Davidson et pick-up sur-élevés font partie désormais du paysage. Sur la route, on ne compte plus le nombre de stations-service, presque une tous les deux kilomètre et qui offrent tout le confort auquel nous n'étions plus tellement habitués: Wifi, congélateur, air conditionnée, toilettes avec du papier et du savon... Quel luxe! On a comme un peu l'impression d'être revenus en Europe...

DSCN1087.JPG DSCN1069.JPG


IMG_2696.JPG

Un beau matin de très bonne heure, alors que nous étions lancés à plus de 60km/h sur une route asphaltée "à la suisse", paf! Notre dérailleur casse. Le dérailleur, pour les novices du pédalage, c'est ce qui nous sert à changer les vitesses, une pièce somme toute bien pratique! Et là, elle est en miette. Bien sûr avant de se casser elle a aussi arraché sur son passage deux ou trois rayons et la chaîne. Bon. Nous faisons du stop au bord de la route. Les 4X4 passent à toute vitesse, nous klaxonnent et nous font des appels de phares....mais ne s'arrêtent pas. Au bout d'une heure passée au bord de la route avec une espérance de vie diminuant de minute en minute, un policier arrive sur sa moto et vient à notre rencontre. Tout de suite, il arrête un pick-up conduit par un jeune homme et deux jeunes filles à l'intérieur. A mon avis il ne leur a pas laissé d'autre choix que de nous embarquer gratuitement à l'arrière de leur véhicule. L'autorité en Thaïlande ne se discute pas! A plusieurs reprises je me suis quand même dit que je risquais moins au bord de la route tellement le jeune conduisait vite! Et nous deux assis à l'arrière du pick-up,  autant dire que nous ne faisions pas les malins...Mais nous sommes arrivés à bon port et sommes tombés directement dans une boutique de vélo qui vendait des dérailleurs de très bonne qualité ! En plus le proprio nous l'a installé gratos. Et c'est avec un nouveau dérailleur et une nouvelle chaîne que nous quittons donc Trat après 2 nuits passées là-bas.

DSCN1033.JPG DSCN1052.JPG

Nous avalons rapidement les kilomètres, la route est lisse et plate. D'autant plus que nous devons être rapidement à Bangkok: nous voulons faire notre visa pour les Etats-Unis. Pas de temps à perdre, Aurélie et Aymeric arrivent le 16 et nous avons plein de choses à faire. De toute façon, nous nous appercevons vite que la côte à l'est de Bangkok n'offre que peu d'intérêts (pour ceux qui connaissent, Pattaya est située dans le coin...). Donc, pas de regrets !

De plus, la chaleur se fait de plus en plus écrasante, si bien qu'un jour nous avons été tentés de mettre notre thérmomètre au soleil pour voir à quel degré nous allions être mangés. Verdict: 51 degrés ! Il fait si chaud que nous buvons chaque jour près de 6 litres d'eau chacun...

DSCN1073.JPG DSCN1058.JPG

 

Nous nous étions fait une folle idée de l'entrée à vélo dans Bangkok et nous nous demandions si nous allions nous en tirer vivants...

Et bien oui! Les énormes camions, la pollution, les automobilistes avides de vitesse n'ont pas eu raison de la maîtrise et du sang-froid d'Alban!

C'est donc sans transpirer, frais et pimpants que nous arrivons dans la capitale au 13 millions d'habitants. Le GPS en main, je n'ai plus qu'à diriger Alban pour nous mener à bon port: la maison de Patricia et Claude, volontaires à ATD Quart-Monde.

Et là, c'est le paradis! Petite maison rien que pour nous, avec cuisine à l'extérieur, chambre avec moustiquiaire, terrasse privée....sympa quoi!

DSCN1093.JPG DSCN1092.JPG

La première journée nous amenons Pino au magasin de vélo pour y faire un petit check-up. Malheureusement, effrayés par notre vélo, l'équipe nous répond que c'est trop spécifique et qu'il ne veut pas y toucher. Entre temps, dans le magasin, nous rencontrons Nicolas également voyageur à vélo (http://nicoenasie.eklablog.com/) avec qui nous restons pour papoter. En sortant du magasin, un peu dégoûtés, nous tombons sur Lawrence, également cyclo-voyageur, de Belgique. Il nous emmène dans un super magasin de vélo, tout petit, à quelques kilomètres de là (www.bokbokbike-thailand.com). Pas de doute, ici, Pino sera entre de bonnes mains ! Nous poursuivons notre soirée tous les quatre et allons boire un verre, loin de l'agitation effrayante de Kao San Road mais dans un tout petit truc bien sympa et tranquille à deux pas de la frénétique rue touristique.

Nous rencontrons là-bas deux autres français avec qui nous prenons plaisir à discuter. Nous venons chacun d'horizons très différents  et je ne sais pas si c'est le fait de parler français ou la bière aidant mais on passe une très bonne soirée!

Ah oui et pour en finir avec notre histoire de visa US et vous raconter un peu ce qui nous est arrivé, nous avons fait un versement de 320$ à l'Ambassade américaine pour payer nos deux visas. Il faut s'acquitter de ce montant avant de pouvoir prendre rendez-vous à l'Ambassade pour un entretien (obligatoire pour avoir un visa). Nous payons les 320$ en ligne, par transfert bancaire et là, on s'apperçoit que le payement doit être fait en devise locale, soit en bath thaïlandaises. Bon, pas grave, de l'argent c'est de l'argent, on les contacte par mail pour les prévenir de notre erreur et nous assurer que notre payement sera bien considéré. Et bien non. Les frais doivent être uniquement payés en bath, donc pas de chance pour nous, mais si l'on veut un entretien il faut soit repayer 320$ en bath soit...ben y'a pas d'autres choix en fait!Grrrrr...On réfléchit, on réfléchit d'autant plus que nous avons un autre dilemme: nous voulons prendre le cargo depuis le Japon pour rejoindre les USA. Au début, on nous avait annoncé un départ autour de mi-juillet, parfait pour notre timing! Ensuite, nous apprenons que le cargo est avancé d'un mois, soit départ le 16 juin. C'est beaucoup trop tôt pour nous, nous arrivons le 19 mai au Japon et cela veut dire que nous aurions à peine 4 semaines pour profiter du pays. Bon, en plus si on prend ce cargo on devra repayer notre visa US...une deuxième fois!

On prend sur nous, et finalement, on décide que le trajet Japon-USA se fera en avion. On est un peu, même très déçus, mais ce n'est que partie remise, à dans quelques années!

Du coup, pour la suite:

-Kuala Lumpur, avion le 19 mai pour Tokyo

-Japon du 19 mai au 21 juillet

-Arrivée à Seattle le 22 juillet

-RDV à San Fransisco le 7 septembre, 3 semaines avec Zouzou et Carole (frère d'Alban et son amoureuse)

-Départ de Los Angeles le 9 octobre pour Lisbonne

 

Mais ne nous projettons pas trop, pour l'instant nous profitons de Bangkok (c'est une ville que j'adore...) et la semaine prochaine ce sera Songkran le nouvel-an bouddhiste. Pour ce qui est du climat ici et bien, nous sommes passés devant le parc Lumpini, où s'est installé le camp des manifestants, des tentes partout, les entrées barricadées. Mais à côté de ça les gens faisaient leur gym dans le parc comme si de rien n'était....Hier soir peu après que nous soyons rentrés, nous avons entendu une dizaine de sirènes mais impossible de dire ce qu'il s'est passé. Bref, le climat n'est pas pour autant tendu et l'ensemble de la ville est sûre.

Nous nous réjouissons de nous perdre dans cette ville immense où petits quartiers typiques se mêlent aux buildings flambants neufs...

Rédigé par lattitudeterre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mathilde Casimir 09/04/2014 19:48

Salut les routards, ici la mère de Margot ! Je viens de lire que vous serez à San Francisco en septembre. J'espère y être aussi en septembre/octobre pour au moins 15 jours dans un appart prêté par
ma patronne !!! Les dates ne sont pas fixées mais sûr que je vous le dirai. On pourra peut-être se voir :)
Margot a eu du mal aussi après le Cambodge de se retrouver dans la vie frénétique de la Thaïlande !!!
Bonne suite de voyage. Profitez bien.
Cordialement.

marcel 09/04/2014 17:00

salut les jeunes
J'ai bien aimé Bangkok et la Thaîlande finalement, peut être pour sa facilité d'appros et de ses routes impeccables.
Pour le cargo moi aussi ''pas possible'' et finalement je m'envole pour Quito lundi 4h am via Tokyo et Houston (26 h de vol) puis Quito et ce sera le départ pour Ushuaia,puis retour Nlle Zelande et
retour Quito pour finir le tdm.
Si vous êtes près de Phoenix n'oubliez pas qu'il y a Peggy.
Je vous embrasse bien fort tous les deux et maintenant je sais que je ne boirai pas ce Ricard avec Alban.....
bises
marcel