Article 28: A vélo Simone !

Publié le 24 Janvier 2014

Margot, le 24 janvier à Thakhaek, Laos

 

« Livrer mes 1eres impressions » c’est sur cette consigne que je me retrouve seule dans une chambre paumée au fin fond du Laos pour écrire quelques lignes après 10 jours de voyage à vélo en compagnie d’Alban et Jess.

Le 15 janvier, mon vélo m’attendait à l’aéroport de Vientiane et c’est là que l’aventure a commencé !  Durant les quelques kilomètres qui séparaient l’aéroport de l’auberge, mon sourire ne s’effaça pas. Certes, la joie de retrouver mes amis après 10 mois d’absence y était pour beaucoup, mais ce sentiment de liberté et surtout de départ pour un voyage pas comme les autres était enfin là, après des mois d’attente.
Dans un premier temps, il faut déjà apprivoiser sa monture, se faire au poids du sac de 60 litres attaché sur un porte bagage improvisé, et s’acclimater à la conduite locale ! Dans un 2ème temps nait beaucoup d’appréhensions : Est ce que je vais pouvoir m’adapter à un couple qui voyage  à vélo depuis 10 mois ? Vais-je les retarder, être trop intrusive dans leur démarche personnelle ?  Est-ce que ça va me plaire ? Combien de temps vais-je tenir? N’ayant pas moi-même vraiment d’objectif, il n’y a pas de risque je sois déçue, « une semaine ce sera déjà pas mal ! ». Mais Alban et Jess y mettent beaucoup du leur pour que je puisse m’intégrer rapidement à leur mode de voyage déjà bien rodé. Et c’est donc naturellement qu’ils m’intègrent tout de suite à leur routine quotidienne et prennent en considération mes désirs, mes faiblesses, ou mes peurs. Bien que je me cale sur leur parcours, ils sont à l’écoute et n’hésitent pas à changer leurs plans, faire plus de pauses, changer de vélos quand j’ai trop mal aux fesses, ou me faire une place dans leur tente quand dormir en hamac n’est pas approprié.

Mais si j’en reviens à mes 1eres impressions : le pur bonheur c’est la liberté de pouvoir s’arrêter camper où l’on veut, dans des endroits magnifiques. D’être autonome. D’être à proximité de la population, de traverser des villages à 2 à l’heure, de pouvoir répondre « sabaïdee ! » à tous les gens qui nous regardent intrigués et nous disent bonjour (le tandem ça les fait vraiment marrer), de dormir chez les gens (avec son lot de bonnes et de mauvaises expériences) bref, tout ce que l’on ne peut pas faire en traversant à 120 à l’heure ces même villages en bus remplis de touristes. Les jours suivants, je vais trouver que c’est un peu routinier : pédaler, pédaler, pause, pédaler, pédaler, pause, monter le bivouac, manger, dormir, ranger le bivouac, pédaler, pédaler, pédaler, pause. J’aurai ensuite le sentiment que c’est un peu la course car jamais on n’arrête de faire quelque chose. On ne peut pas, après une étape de 70 kil’, arriver et se mettre les pieds sous la table, et ensuite se glisser dans le lit ! Non, il faut enchainer !! Hop hop  hop on ne faiblit pas, le soleil se couche bientôt, vite, dans peu de temps nous serons dans le noir, il faut établir le campement et faire à manger. A 19h, nous nous couchons (morts de rire de l’heure qu’il est) mais exténués !

Voyager à la vitesse de l’escargot était pour moi synonyme de prendre son temps, et je m’aperçois que ce n’est pas du tout relaxant, on est toujours en mouvement, et en plus on fait quand même une cinquantaine de kil à vélo par jour minimum… ça change des vacances-transat quoi ! Mais c’est ça qui fait le charme, et puis se dépasser un peu ça fait du  bien, et quand on arrive dans une auberge après 2 jours de bivouac, on apprécie sa douche (même si ce n’est qu’un robinet d’eau froide avec un seau !!).

Ce qui est vraiment sympa, c’est qu’Alban et Jess n’hésitent pas à prendre du bon temps et à faire une centaine de kilomètres en bus sur une route monotone pour ensuite pouvoir se poser quelques jours dans un coin sympa et pédaler sur une piste qui en vaut le détour. C’est donc exactement comme ça que j’apprécie le voyage à vélo et je suis trop contente d’avoir (déjà) parcouru 262 kilomètres avec eux !! Qui l’eût cru ?!

 DSCN0253.JPG

              Arrivée à l'aéroport de Vientiane, premiers kilomètres...

12.-Laos-decembre-2013-0154.JPG

  

12.-Laos-decembre-2013-0156.JPG

 

DSCN0370.JPG

 

12. Laos décembre 2013 0039

DSCN0326

Rédigé par lattitudeterre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

www.cannesluxurycar.com 28/08/2014 11:48

C'est original comme mode de transport pour voyager ! Dépaysement total assuré ! Et au moins, on fait du sport en roulant ! y a t-il des chauffeurs proposant des déplacement en voiture de luxe ? Cela peut être sympa pour une soirée romantique ou une lune de miel !

Aurelie et Jean 28/01/2014 11:45

un petit coucou depuis Vientiane pour vous dire qu'on a reussi a eviter le moine a la dent en moins!!! en tout cas ton article est top Margot en novice de la route (nous ca ne fait "que" trois
mois) on se retrouve tout a fait dans ton descriptif du voyage a velo! bonne continuation a vous trois et peut etre a un de ces jours en France ou en Suisse!
Aurelie et Jean (les tandemistes croises sur la route pas loin de Thakhek)

Alban 25/01/2014 13:30

Salut Brigitte, le précédent commentaire vient de Marcel, un cyclo avec qui nous avons pédaler presque 3 semaines. On essaie de se retrouver mais ce n'est pas évident! Alors lorsqu'il reçoit un
nouvel article, il nous donne quelques infos sur sa position!

BRIGITTE 25/01/2014 11:57

c est quoi ce commentaire il s adresse a qui ?

marcel 24/01/2014 13:42

Hé oui! pas facile de vivre avec ce couple, j'ai essayé mais cette recherche permanente d'alcool m'inquiété, j'ai préféré une rupture......
Les jeunes j'arrive demain sur Saîgon, je cherche un bateau pour remonter le Mékong jusqu'à ?...max Angkor.
Je vais essayé de faire mon visa Thailande, mais je tombe sur la semaine du Têt, donc une semaine de fête et de fermeture des administrations. Le consulat Thaï (?), si pas possible à Saigon je le
ferai au Cambodge.
J'ai toujours pas cassé la bouteille de sirop d'anis....
salut les affreux
A+
marcel