Article 45: Road trip en famille

Publié le 27 Septembre 2014

Alban le 27 septembre 2014 à Long Beach, USA

C'est le 7 septembre que Quentin (mon petit frère) et Carole nous retrouvent à San Francisco. Comme une impression de s'être quitté il y a quelques jours alors que cela fait 17 mois que nous sommes partis. Mais avant de commencer notre road trip, nous ne pouvons quitter SF sans prendre le temps de s'y imprégner un peu plus. Nous prenons 2 jours pour visiter San Francisco, le port, ses nombreux parcs, ses petits quartiers vivants et son célèbre Golden Gate Bridge après quoi nous embarquons notre tandem dans ce qui sera désormais notre nouvelle monture : un gros monospace pouvant contenir toutes nos affaires et le vélo !

Première étape de notre road trip: la parc national du Yosemite. Deux jours seront nécessaire pour atteindre l'entrée du parc. Deux jours à découvrir un peu plus l'intérieur de la Californie. Nous avons entendu à plusieurs reprises que l'état vivait sa plus grosse canicule depuis ces 500 dernières années. En longeant la côte on n'en voyait pas vraiment les impacts mais une fois Oakland dépassé, tout n'est que sécheresse. Les herbes sont jaunies par le soleil, la terre est craquelée de partout et les collines ressemblent au loin à d'immense champs de blé. Crontraste saisissant, tout comme les températures qui augmentent de 15 / 20 °C en quelques miles seulement. Situé au centre de la Sierra Nevada, la plus haute chaîne de montagnes de Californie, le parc de Yosemite est un concentré de terres sauvages. Sur ces 3079km2, seuls 36 km2 sont accessibles pour les visiteurs; un véritable paradis pour les ours, les pumas, les rongeurs .... et grimpeurs! Et oui, avec de nombreux "big wall", le parc est mondialement connu dans le monde de l'escalade. Des grimpeurs du monde entier se retrouve notamment devant El Capitain, la plus haute falaise entière au monde, pour gravir sa face haute de 900m.

Après une nuit assez fraiche passée dans l'un des camping du parc, nous reprenons la route en direction de June Lake où nous passerons la moitié de notre nuit planqué dans la voiture car un ours rode dans les parages. C'est en tout cas ce que nous a dit la gardienne lors de notre arrivée... Finalement, le lendemain, nous apprenons que des gens, qui faisaient la fête, ne cessaient de crier "beer - beer" et non "bear - bear".... Incompréhension et fou rire au réveil assuré.

Nous roulons désormais en direction de l'est et nous arrêtons à Lone Pine, ville étape entre Yosemite et Deah Valley. Entre désert et montagnes, Lone Pine est un petit oasis de verdure. C'est également le camp de base idéal pour tous ceux qui souhaitent visiter les Alabama Hills, collines qui, depuis 1920, font la gloire de Lone Pine, véritable annexe d'Hollywood. Entre 1920 et 1950, plus de 300 films ont été tournés dans les Alabama Hills, représentant tour à tour l'Afrique, le Désert de Gobi, l'Arabie, l'Espagne, l'Afghanistan. Venir ici c'est comme aller à la rencontre de John Wayne, Cary Grant ou encore Humphrey Bogart... Aujourd'hui, les Alabama Hills sont encore le lieu de tournage de près de 40 films par an (cinéma, télévision et publicité). Parmi les plus récents, on peut citer Gladiator ou encore Transformers! C'est donc dans ce décor de "far west" que nous prenons notre café au saloon!

Après cette pause où malgré la chaleur, les locaux ne jurent que par le jean et les santiags, nous filons à Death Valley. Nous sommes le 14 septembre et les températures avoisinnent les 50°C. A plusieurs reprises, j'ai été nostalgique de ne pas parcourir certaines portions à vélo; longer une chaîne de montagnes ou traverser de grandes étendues sauvages me manque. Mais en arrivant dans la Vallée de la mort, jamais je ne me suis senti aussi bien  dans une voiture climatisée... Et même si nous avons l'impression de mettre la tête dans un four à chaque fois que nous sortons du véhicule, nous faisons quelques arrêts photos pour immortaliser en images tous ces paysages aux couleurs incroyables. L'un des endroits les plus marquants dans ce parc est Bad water. Cette dépression qui nous amène au point le plus bas des Etats-Unis se situe à 85,5 mètres sous le niveau de la mer est sans doute un des lieux les plus hostiles au monde. Il y a même un écriteau mettant en garde celui qui ose s'y aventurer entre 10h du matin et 17h de l'après-midi... Il est alors 13h et la notion d'enfer prend tout son sens. Après toutes ces sueurs, c'est au camping de Shoshone, ville de 31 habitants seulement, que nous trouvons refuge.

Toujours plus à l'est, nous arrivons à Las Vegas, surnommée Sin City, la ville du vice. Avant de découvrir des casinos toujours plus impressionnants, il nous faut traverser d'immenses banlieues. Je n'ai jamais vraiment été attiré par cette ville mais il aurait été dommage d'y passer à côté. C'est à la nuit tombée que l'on peut le plus apprécier l'ambiance si particulière; même si apprécier n'est pas vraiment le bon terme pour définir ce que je ressens. Les casinos débordent d'imagination pour garder le plus longtemps possible ces doux rêveurs qui espèrent repartir plus riche qu'à leur arrivée. Le Venetian par exemple compte plus de 7'000 suites et chambres et propose même un réseau de canaux que peuvent emprunter les visiteurs à bord de gondoles pour parcourir le Grand canal shoppes, le centre commercial du casino. Jamais je n'ai vu autant de mendiants dans les rues. Lorsque la pauvreté côtoie l'extravagance. Une ville pesante ..... que je suis bien content de quitter.

Comme à chaque étape, nous sortons la carte pour préparer l'itinéraire suivant. Avant d'admirer l'immensité du Grand canyon, nous choisissons de faire un détour pour découvrir le Zion canyon. Ce parc national, méconnu du grand public, est un petit paradis sur terre grâce à ses paysages façonnés par la Virgin river et ses affluents. Tandis que la roche tire sur des couleurs chaudes, le lit du canyon demeure vert, malgré les températures. Toute une palette de couleurs s'étale devant nous, pour le plus grand bonheur de nos yeux. Du rouge au vert, en passant par le orange, l'ocre, le marron ou le beige. La diversité est tellement incroyable que nous ne pouvons résister à quelques heures de marche.

La suite de notre road trip nous amène dans l'un des sites les plus incroyable au monde: le Grand Canyon. Même s'il n'est pas le plus grand canyon au monde, ses dimensions sont gigantesques : il s'étend sur environ 450 km de long, entre le lac Powell et le lac Mead. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres avec un maximum de plus de 2 000 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km. Et le plus fou dans tout ça c'est que lorsque vous êtes sur l'une des rives du canyon, vous devez rouler au moins six heures pour atteindre la rive d'en face... Malgré toutes les images que nous avons déjà vu, le site ne déçoit pas. Des étendues à vous couper le souffle. Des couleurs inimaginables. Et un fleuve toujours aussi mythique. Je m'imagine déjà descendre les 2'333 km du Colorado en kayak. Peut être un prochain voyage!

Notre séjour touche bientôt à sa fin. Après deux étapes en voiture où l'on emprunte la mythique route 66, nous voilà arrivés à Los Angeles. Bien que cette ville aux dimensions hors-normes ne nous attire pas vraiment, nous prenons plaisir à flaner sur Hollywood boulevard et à s'offrir de belles sensations fortes aux studios d'Universal. Je vous conseille d'ailleurs d'essayer le cinéma dynamique en 4D, c'est incroyable! Nous sommes déjà le 26 septembre et c'est l'heure de nous quitter. Quentin et Carole prennent alors leur envol après ces 20 jours passés ensemble à sillonner l'ouest des Etats-Unis, à bivouaquer de sites en sites et à découvrir des merveilles de la nature.  De notre côté, nous restons encore 12 jours sur le continent américain. Jusqu'à hier, on pensait séjourner dans une ferme tout proche de Long Beach pour faire du wwoofing (donner un coup de main dans une ferme en échange du gîte et du couvert, en gros...). Mais voilà que l'adresse indiquée sur leur site n'est pas la bonne. La ferme se situe à plusieurs centaines de kilomètres de chez Carl, un membre Warmshower qui nous héberge depuis hier et que nous avons rencontré pour la première fois en Oregon... Ne souhaitant abuser de la générosité de Carl et de Karen, nous allons alors reprendre la route pour quelques jours et descendre jusqu'à la fronière mexicaine. Le vélo nous manque et c'est l'occasion de faire nos derniers tours de roue avant de retrouver le vieux continent.

San Francisco
San FranciscoSan Francisco
San Francisco

San Francisco

Yosemite national parkYosemite national park
Yosemite national park
Yosemite national parkYosemite national parkYosemite national park

Yosemite national park

Lone Pine puis Death ValleyLone Pine puis Death ValleyLone Pine puis Death Valley
Lone Pine puis Death ValleyLone Pine puis Death Valley
Lone Pine puis Death ValleyLone Pine puis Death Valley

Lone Pine puis Death Valley

Las Vegas puis Zyon canyonLas Vegas puis Zyon canyon
Las Vegas puis Zyon canyon
Las Vegas puis Zyon canyonLas Vegas puis Zyon canyonLas Vegas puis Zyon canyon

Las Vegas puis Zyon canyon

Grand canyon et sur la route 66Grand canyon et sur la route 66
Grand canyon et sur la route 66
Grand canyon et sur la route 66Grand canyon et sur la route 66Grand canyon et sur la route 66

Grand canyon et sur la route 66

Rédigé par lattitudeterre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Céline 15/10/2014 12:20

hello
so where are you ? ;)

acheter des kamas 14/10/2014 13:31

On en veut davantage traité de cette manière. Sympa.